« C’était vraiment dingue »

Le Flow Music Festival aura lieu du 19 au 21 juillet 2024 au Park um Belval pour sa 4e édition. Avec un accent sur la scène musicale luxembourgeoise, le premier jour, vendredi soir, débutera avec une soirée DJ curated qui vous plongera dans l’ambiance parfaite pour le week-end. Nous avons parlé à WazToo, l’un des DJs qui se produira lors de la première journée du Flow, à propos de ce projet spécial, de sa carrière et de la scène EDM.

« Les années Hollerech étaient vraiment géniales », se souvient WazToo en riant. « À l’époque, c’était vraiment dingue. » WazToo fait partie intégrante de la scène EDM luxembourgeoise depuis plus de 20 ans. Mais cela n’a pas toujours été facile, commence-t-il à expliquer. « Quand j’ai commencé, il y avait un groupe de DJs – ceux qui étaient déjà là depuis longtemps – et les nouveaux n’étaient même pas pris en compte. Tu pouvais faire ce que tu voulais, c’était simplement une hiérarchie et tu n’avais rien à chercher là. »

Début difficile

Sans relations, ce n’était pas facile. WazToo joue week-end après week-end pour se faire un nom. « Pendant la semaine, j’étais à l’école, du vendredi au dimanche, j’étais en déplacement et le lundi, je retournais à l’école », explique-t-il. Depuis le début de sa carrière, ce rythme n’a pas beaucoup changé. Alors qu’il progresse, il décide sans cesse où il veut jouer : « Est-ce que je suis fait pour cet événement ? Est-ce que je veux vraiment y jouer ou est-ce que je le fais juste parce que je pense que je devrais le faire ? » Maintenant qu’il fait partie de la génération plus expérimentée de DJs du pays, il peut montrer aux autres comment faire. « C’est comme ça que cela devrait se passer, tu sais. Tu devrais pouvoir partager ton savoir avec les autres. En tant que DJ, tu es souvent seul. »

Pour cette raison, quelque chose de spécial est prévu le 19 juillet au Flow : Sous le slogan « WazToo and Friends », cinq DJ-Acts joueront du vendredi soir jusqu’à tard dans la nuit. Pour WazToo, c’est la première fois qu’il participe à un tel projet. « Le concept est sympa, c’est comme si je montais sur scène avec des amis. Mais nous jouons les uns après les autres. »

« Ça commence doucement et ça s’intensifie. Chaque personne a son propre son. » – WazToo

« En principe, le son se rapproche de la funky house et de la deep house. Ça commence doucement et ça s’intensifie. Chaque personne a son propre son. » La soirée sera lancée par un·une newcomer, choisi dans le cadre de notre open call lors d’un appel officiel. DJ Dama prendra ensuite le relais, suivi de WazToo, puis d’Anya et de Beat Gee en b2b (lorsque deux DJ se partagent la scène, jouent leurs propres chansons et se relaient pour mixer). La soirée se terminera par le duo Tasso&Mitch, qui restera aux platines jusqu’au bout de la nuit.

C’est exactement l’idée du vendredi soir au Flow – la ligne de base est similaire, mais chaque personne fait son propre truc. « C’est selon ce schéma que je les ai tous choisis, et maintenant nous avons cette constellation. Je pense que ça va bien s’harmoniser », dit WazToo. Il connaît les gens comme Dama ou Tasso&Mitch depuis des années, son chemin avec Anya ne s’est croisé que récemment. « Nous nous sommes rencontrés lors d’un festival où elle m’a vu en tant que DJ. C’est là que nous avons échangé et que je lui ai donné des conseils, car je voyais beaucoup de potentiel en elle, ce qui s’est confirmé ces dernières années. »

La programmation du Flow est conçue de manière à ce que le choix de qui joue soit logique, explique WazToo. « On commence de manière plutôt commerciale, d’abord funky comme je l’ai dit, puis ça devient plus électronique avant de se diriger vers la deep house. » WazToo donne un aperçu du processus pour imaginer une telle soirée. Si quelqu’un·e pensait que les personnes derrière la table de mixage ne remarquaient pas comment le public interagissait par rapport aux DJs, il·elle se trompe. « Je pense que les gens viennent pour la musique. S’ils laissent leur téléphone portable dans leur poche et se concentrent sur le moment présent, il en résulte une toute autre dynamique. »

« Le concept est sympa, c’est comme si je montais sur scène avec des amis. » – WazToo

Pourquoi est-ce que c’est si important ? « Je prépare à l’avance une petite playlist de 20, voire 30 titres. Après le premier track, j’observe comment les gens réagissent et je m’adapte. Parfois, il faut plus de temps pour qu’ils deviennent chauds. S’ils réagissent à ta musique, tu peux construire ton set. » Le pire des scénarios n’est donc pas seulement la fin de l’ambiance, mais le DJ perd aussi le plaisir d’être sur scène. « Si personne n’interagit avec toi pendant deux heures et qu’il n’y a pas de retours, ce que tu joues n’a pas d’importance. Tu peux donner autant que tu veux, tu ne les auras pas. »

Le succès dépend de nombreux facteurs

« Ces soirées, surtout les festivals et les endroits où tu n’as jamais joué auparavant, sont difficiles à évaluer », souligne WazToo. « Je prends les choses comme elles viennent. Pour l’instant, j’ai beaucoup de points d’interrogation », dit-il en souriant. « Il y a tellement de variables et de questions en jeu : Où se trouve le site ? Quel temps fait-il ? Combien coûte le billet d’entrée ? Quelle est l’humeur du public ? Quelle est l’ambiance au festival ? »

Après 20 ans, WazToo s’est tourné vers la house progressive. Une chose contre laquelle le genre de la musique électronique doit constamment lutter, c’est l’idée que tout sonne pareil. « Quiconque m’écoute peut faire la différence entre la musique qui passe à la radio et ce son typique des festivals », répond le DJ.

En ce qui concerne ce qui plaît, c’est généralement 50/50, dit-il. « Bien sûr, il y a des tendances. Tu peux les suivre et produire quelque chose de similaire. Le problème survient dès le moment où tu as fait cinq chansons pop et que tu proposes un morceau techno, tu peux gagner ces personnes, mais tu risques d’en perdre beaucoup d’autres. » Chacun·e doit trouver ce qui convient le mieux à sa musique et à son public et ce qui fonctionne.

Si jamais il décidait de changer de direction, « je le ferais sous un autre nom. Ce serait un nouveau projet, mais nous verrons quand le moment sera venu ». Quelles seraient donc les trois morceaux que les gens qui ne connaissent pas WazToo devraient écouter ? « Hmm », répond-il après un moment. « Les trois derniers titres sortis. Cela décrit assez bien ma musique. »

Flow Music Festival

DJ Dama – WazToo – Anya b2b Beat Gee – Tasso&Mitch

Foreigners – Skuto – BRLM – De Läb – Mambo Schinki

Laurent Unchained – Jackie Moontan – Tame & The Wild – Chaild

 

Du 19 au 21 juillet 2024

Park um Belval

flowfestival.lu

You don't have permission to register